Contrôle de l’hygrométrie  (conditions d’humidité)

Pour contrôler l’humidité, les serres sont équipées d’ouvrants afin de renouveler l’air. Cependant cela engendre une forte perte de chaleur. En effet, alors que la serre a été chauffée toute la nuit, l’aération en début de matinée entraine une perte importante de chaleur

L’humidité de l’air dans la serre

En poussant, les plantes absorbent de l’eau par leurs racines et la rejettent sous forme de vapeur d’eau par leurs pores. Elles transpirent, à notre image. L’importance de cette transpiration dépend étroitement du taux d’humidité de l’air dans la serre. Plus celui-si est sec, et plus vite les plantes transpireront. Le risque est qu’alors, elles dépérissent en perdant trop d’eau. Pour éviter de tels déboires, il vous faut donc maintenir un taux minimum d’humidité dans votre serre. L’humidité de l’air est directement liée à la température régnant dans votre serre. Plus elle est élevée, plus l’air peut être humide. Cette quantité d’eau présente dans l’air s’exprime par un pourcentage qui correspond à la quantité de vapeur d’eau contenue dans l’air par rapport à la saturation, à une température donnée. Cette mesure se fait avec un hygromètre qui se lit comme un thermomètre. Il existe maintenant des appareils électroniques qui indiquent directement ce pourcentage sur leur écran.
L’air est dit humide quand son hygrométrie atteint et dépasse 75 % à 20°C. Si elle descend en dessous de 35%, l’air est alors sec. La plupart des plants cultivées en serre exigent une humidité comprise entre 40 et 75 % pendant leur phase de croissance. Les plantes tropicales apprécient des humidités proches de la saturation car elles puisent l’eau dans l’air grâce à des racines aériennes. Attention, toutefois, quand l’humidité dépasse les 80 % dans votre serre. Les conditions ainsi créées sont alors favorables à un développement rapide de pourriture grise et de midiou!

En hiver, mieux vaut maintenir l’humidité à un faible niveau (25 à 40 %).
Une bonne humidité dans la serre évite aussi les accidents dus à une surchauffe intempestive lors des fortes périodes d’ensoleillement. Elle tempère de trop grandes variations de températures. Le moyen le plus simple d’élever et de maintenir l’humidité de votre serre est de répandre de l’eau sur le sol à l’aide d’un arrosoir ou d’un tuyau d’arrosage. Vous pouvez aussi maintenir de l’eau dans certaines tablettes.
Si votre serre est petite, réservez un petit pulvérisateur à cette tache. Cela vous oblige cependant à passer une à deux fois par jour, voire plus quand il fait très grand soleil. Un humidificateur en terre cuite peut faire l’affaire.

Aération des serres

La pratique de l’aération joue un rôle essentiel dans la gestion du climat à l’intérieur des abri-serres. Elle a pour but d’atténuer les amplitudes thermiques et d’éliminer l’excès de chaleur et d’humidité accumulées à l’intérieure des serres. Une mauvaise aération peut engendrer des difficultés de nouaison, le développement des maladies et une qualité du fruit médiocre (mauvaise coloration ,faible tenue, fruit creux,…).

En période hivernale, allant de Décembre à Février, les abris doivent être manipulés de la façon suivante:

• fermer totalement les tunnels pendant la nuit et assurer une bonne étanchéité des abris-serre
• ouvrir tôt le matin afin d’éliminer l’excès d’humidité
• fermer un peu plus tôt l’après midi pour emmagasiner la chaleur et ce afin de garder une température proche de l’optimum pendant la nuit

De Septembre à Novembre et de Mars à Mai on laisse ouverts, pendant la nuit, les côtés opposés aux vents dominants et on ouvre au maximum l’abri durant la journée afin d’éliminer l’excès de chaleur et d’humidité. Toutefois, on peut utiliser du filet insect-proof afin d’éviter l’envahissement des serres par les insectes ravageurs et vecteurs de maladies virales.

En savoir plus sur les déshumidificateurs

Découvrez les déshumidificateurs de serres thermodynamiques Giordano