Optimiser sa culture de tomates en serres

Une culture abritée

La tomate est une plante dicotylédone qui appartient à la famille des solanacées dont le nom scientifique est Lycopersicum esculentum.Les fleurs se regroupent en inflorescences de type racemosa en groupe de 4 à 12 fleurs.
Le fruit est une baie ayant une forme globulaire dont le poids peut osciller entre 5 et 500 g, selon les cultures.

En France plus de 90% des Tomates  sont cultivées sous serre. La serre est un espace qui assure une croissance idéale à la plante en la préservant des agressions extérieures (intempéries, pollution…). Le support de culture renouvelable permet à la plante de s’affranchir des éléments nuisibles présents dans le sol (champignons, bactéries…).

Le milieu de culture

Culture en sol

La plantation de tomates en serres se réalise avec des plants qui proviennent de pépinières.

L’époque de plantation dépend principalement de facteurs tels que la température, l’humidité et la variété cultivée. Généralement les agriculteurs plantent à partir de mi-février et jusqu’à mi mars.  serre tomate en sol

Le repiquage au terrain définitif a lieu 30-35 jours après les plants en pépinière, quand la plante a 3 vraies feuilles et un système racinaire bien formé dans la motte.Pour le repiquage, on fait des trous, une fois placée la motte, on la recouvre de terre et on arrose pour consolider le plants et faciliter son enracinement.

La tomate préfère des sols de terre meuble, sileux-argileux, riche en matière organique et au pH entre 5 et 7.

La culture originelle de la tomate en sol a été remplacée ces dernières années par la culture hors-sol, à cause du besoin de produire le plus de tomates au mètre carré et également à cause des bactéries présentes dans la terre. La tomate n’a pas d’exigences particulières en matière de sol, cependant une texture sablo-limoneuse et bien aérée est préférable.

Culture hors sol

tomate en serre

La culture de la tomate hors-sol permet des productions pouvant aller jusqu’au 8 mètres de haut.

Pour celle-ci, la terre est remplacée par des roches volcaniques ou des fibres naturelles. Les plants de tomates sont installés sur des rangées de substrats en laine de roche, laine de verre, de tourbe ou de fibres de coco. Ces éléments neutres évitent toutes les contraintes apportées par la terre et la présence éventuelle de bactéries ou maladies. Les éléments minéraux indispensables et l’eau sont directement apportés par des tuyaux en goutte-à-goutte, jusqu’aux racines des plantes.

Découvrez tous les avantages et inconvénients de la culture en sol et hors-sol

En savoir plus sur les cultures

La bonne température pour la tomate

La tomate appartient à la famille des Solanacées, d’origine tropicale (Amérique latine). Elle est sensible au froid, craint beaucoup le gel et les vents chauds. La température est donc un des facteurs les plus important dans la production de tomate.

En dessous des 10°C, la croissance et le développement des plantes sont ralentis. Cela conduit à un raccourcissement des entre-noeuds et un feuillage abondant. Une température basse entraîne aussi des ramifications des bouquets, des difficultés de nouaison et formation des fleurs fasciées. Au dessous de 17°C, le pollen germe mal, surtout si l’humidité est faible.

A l’inverse des températures élevées favorisent la croissance (photosynthèse, transpiration, respiration) et la production de racines, tiges et feuilles, quand la plante n’a pas de fruit (jusqu’à la nouaison du 1er bouquet)

Quand la plante se charge de fruits, plus on chauffe, plus on active le développement des fruits : ceux-ci grossissent aux dépens des feuilles. La charge en fruit augmente alors et la vigueur baisse.

Au dessus de 30°C, le lycopène, pigment responsable de la couleur rouge de fruit ne se forme plus. C’est le pigment b carotène qui se forme donnant ainsi une coloration jaune-orange au fruit.

En conclusion : afin d’obtenir des conditions optimales pour le développement des pieds de tomates, la température idéale est de 18°C (plus précisément 18°C la nuit et 22°C le jour).

En savoir plus sur le Contrôle la température en serre

Écart de température jour/nuit

D’après le site Tomaviso, plus l’écart de température entre le jour et la nuit est élevé, plus la plante est générative. A l’inverse, une température monotone, étale, n’agresse pas la plante et favorise le végétatif.

Afin de contrôler la température idéale pour votre serre de tomate, il est nécessaire d’avoir un système de régulation performant. Cela passe par la mise en place d’ordinateurs climatiques.

En savoir plus sur la régulation du climat en serre

 

Irrigation et  apports nutritifs dans une serre de tomates

La température et la consommation d’eau de la plante sont étroitement liés.serre de tomates

En effet pour la tomate, en dessous d’un seuil inférieur à 15°C, la plante peut présenter des symptômes de carence en eau et en phosphore. Des symptômes de carence en calcium, liées à l’absorption de l’eau peuvent apparaître en sol froid en fin d’hiver après une période sombre et humide. La consommation d’eau augmente entre 12 et 30°C, mais avec une variation plus importante de 12 à 15°C et plus faible au delà de 18°C. La température au niveau du substrat a une action positive sur la production de matière sèche chez la tomate.A chaque période de son développement, le pied de tomate a des besoins de minéraux qui évoluent : davantage d’Azote (N) pour la croissance du feuillage, davantage de Phosphore (P) pour la floraison, davantage de Potassium (K) pour la fructification.

Par ailleurs, c’est l’espèce cultivée en serres qui tolère le mieux les conditions de salinité aussi bien du sol que de l’eau d’irrigation.

Sur des cultures protégées, l’apport d’eau et de nutriments se réalise de manière généralisée par l’arrosage par goutte à goutte et se fera en fonction de l’état phénologique de la plante.
A partir de l’enracinement jusqu’à la nouaison des premiers fruits, on augmentera le plus possible l’intervalle entre les arrosages pour que le système racinaire puisse explorer le sol en profondeur.

Les stades où les besoins en eau sont critiques se situent entre la floraison, nouaison et le grossissement des fruits. En effet, un stress hydrique au stade floraison provoque une coulure des fleurs et une mauvaise nouaison.

La lumière

Les tomates sont des plantes de lumière. Un manque de lumière aura une conséquence négative sur l’induction florale. Pour pallier cela, il faut que la serre (en verre ou en plastique transparent) laisse passer le plus de lumière naturelle, influençant ainsi la phénomène de photosynthèse. Cependant, le déficit de lumière peut être compensé par les températures élevées sous serres.

Pour augmenter la luminosité, le sol de la serre est recouvert de plastique blanc qui réfléchit la lumière et la renvoie aux plantes.

Les semis peuvent être éclairés artificiellement de novembre à décembre.

La distance entre chaque plant doit être étudiée pour que toutes les feuilles reçoivent un éclairement maximal.

Le type de serres

Les serres verres sont les serres préconisées pour les tomates. En effet, elles laissent passer le plus de lumière et sont robustes. Elles offrent des hauteurs optimales pour les plants. Leur coût est élevé mais grâce au chauffage adapté, elles permettent une haute productivité en culture longue. On les retrouve en Bretagne ou dans la région d’Agen, régions moins ensoleillées que dans le sud de la France où les cultivateurs les remplacent par des serres multichapelles plastique.

Si vous avez des serres plastiques, (double paroi DPG) la transmission de la lumière sera meilleure avec un plastique anti-UV (70% de transmission) qu’avec un plastique infra-rouge. Nous vous conseillons de laver le plastique dès sa deuxième année d’installation, afin d’éliminer les poussières et saletés déposées.

Tout savoir sur les différents types de serre agricole

 

Contrôle de l’hygrométrie  (conditions d’humidité)

Une humidité relative de 75 % est jugée optimale. Elle permet d’avoir des fruits de bons calibres, avec moins de gerçures et sans défaut de coloration.

Une HR trop élevée, couplée à une température élevée, entraîne une végétation luxuriante avec un allongement des entre-noeuds. Elle favorise aussi le développement des maladies, notamment le botrytis et le mildiou. L’aération matinale permet de réduire l’humidité de l’air et élimine les petites gouttelettes de condensation qui se forment sur la paroi du plastique.

En cas de temps sec, l’irrigation peut augmenter l’HR. En période de production (Oct-Mai), l’HR diurne reste généralement proche de l’optimum.

Pour contrôler l’humidité, les serres sont équipées d’ouvrants afin de renouveler l’air. Cependant cela engendre une forte perte de chaleur. En effet, alors que la serre a été chauffée toute la nuit, l’aération en début de matinée entraine une perte brutale de température et un gaspillage en énergie.

 

Économie d’énergieeco_green_energy

Afin d’économiser votre énergie à l’intérieur de votre serre, vous pouvez installer des écrans thermiques.

Ecrans thermiques

L’ajout d’écran thermique de toit et latéraux limitent les déperditions énergétiques.

Il est même souvent souhaitable par grand froid de rajouter un volage ou P17 sur les plantes.

En savoir plus sur les écrans thermiques

 

Diffusion de la chaleurchaleur en serre

Pour  la culture de la tomate en serre, la diffusion de la chaleur préférée est celle par convection, même si le rayonnement du soleil est important en journée.

Pour cela , les générateurs d’air chaud ont longtemps été utilisé dans le passé. Ces derniers chauffent  par convection en ventilant de l’air chaud : l’air est alors le moyen de transport de la chaleur.

Voir les caractéristiques et le fonctionnement d’un générateur d’air chaud.

A l’aide d’une chaufferie installée dans votre serre, ou dans un local annexe, vous pouvez chauffer votre serre de tomate  par Thermosiphon. Le chauffage par rail au sol utilise l’eau comme vecteur de chaleur : l’eau chaude transmet ses calories par convection à l’air qui s’échauffe autour du tube et se met en mouvement, mais aussi par radiation (rayonnement infra- rouge) .

Tout savoir sur la diffusion de la chaleur en serre

Il existe deux types de chauffage par tubes d’eau chaude : la haute température et la basse température.

Si la température des tubes est haute (50-85°C): C’est plutôt une transmission par rayonnement qui est favorisée : la température des organes de la plante exposés directement à la radiation s’élève fortement – en tout cas, plus que celle de l’air environnant, perméable à ces ondes.

En savoir plus sur les chaudières haute température

 

Si la température des tubes est basse (20-50°C): C’est plutôt une transmission par convection qui est privilégiée : la température de plante est proche de la température d’air. La montée de l’air chaud vers le toit de la serre aide au contrôle de l’hygrométrie.

En savoir plus sur le chauffage basse température

Technologie de chauffage la plus adaptée

Le chauffage par chaudière à condensation basse température permet de produire l’énergie de maniére décentralisée et la transmettre directement à la plante. La production d’énergie peut être multiple. Les tubes en plastiques sont économiques, permettent une très bonne répartition de la chaleur, sont facilement dissimulable. L’avantage premier est qu’ils s’adaptene à tous types de serre et à toutes les chaudières. La chauffage par tube eau chaude basse température permet de fournir la température la plus adaptée à la tomate

On peut ainsi créer une infinité de zone de chauffage dans votre serre. Cette énergie peut être parfaitement régulée et dosée.

Découvrir l’innovation Caldor