Écrans thermiques

Principe des Écrans thermiques

ecran thermique

écran thermique

Les écrans thermiques sont des toiles tissées de bandes de polyester et de bandes d’aluminium. Cet assemblage des deux matières confère à cette trame les fonctions d’ombrage et d’isolation. La toile est portée sur toute la surface de la serre, l’ouverture et la fermeture étant régulée automatiquement à l’aide de sondes de température. Ces écrans sont d’une grande efficacité pour la régulation de la température dans les serres, été comme hiver.

L’été, ils permettent d’atténuer, par ombrage, l’élévation trop rapide de la température lors d’un fort ensoleillement.

La nuit et l’hiver, ils permettent de conserver la chaleur à l’intérieur de la serre afin d’éviter une chute brutale des températures.

Leur mise en place nécessite cependant une surface libre importante dans la partie supérieure de la serre pour y attacher les armatures et les filins de guidage de la toile. La pose est souvent complexe voire impossible lorsque les serres sont trop anciennes ou mal adaptées.

Objectif : économie d’énergie

En déployant chaque nuit d’hiver une toile d’isolation en plafond de serre, on intercepte le rayonnement infra-rouge des plantes et du système thermosiphon vers la voûte céleste et on réduit également les pertes de chauffage par convection (mouvement d’air).

Contraintes

Le défaut principal des écrans thermiques est qu’ils n’aident pas à l’activation des plantes. En confinant la végétation dans un volume clos et isolé, les écrans rendent les plantes plus végétatives et de ce fait, plus sensibles aux maladies telles que le botrytis. Pour atteindre de mêmes consignes de T°, le chauffage est moins sollicité sous un écran et les tubes plus tièdes ne rayonnent guère sur la végétation dont les organes verts restent aqueux.

Quand un écran est déployé, il y a moins de convection et l’air confiné circule peu, réduisant les effets asséchants de l’air chaud et accentuant au contraire les éventuels défauts d’écarts de température d’un coin à l’autre de la serre. Le second défaut des écrans est la réduction de transmission de lumière aux plantes, par l’encombrement même du système mais aussi par le déploiement de la toile en périodes diurnes (matin et soir). La qualité du film répond plus à des exigences thermiques que de transmission lumineuse du fait d’une utilisation, essentiellement nocturne, au service d’abord de l’économie de chauffage.

INVESTISSEMENT : LE MATERIEL

En serres de type Venlo, l’écran se déploie horizontalement en plafond, au niveau supérieur des poutres treillis. Chaque toile a la largeur d’une travée (4m, 4,50m ou 5 m) : repliée, elle se loge dans le profil accolé à la membrure supérieure du treillis, déployée, elle rejoint le treillis suivant.Le film est étanché par un profil métallique en pignon et par la retombée d’un pan de film dans une bavette plastique en long-pan.

Entraînement de la toile par câble ou par crémaillère: le premier système est aujourd’hui privilégié pour son moindre encombrement (moins de perte de lumière par le mécanisme) et parce que le système est peu sollicité en culture de tomate (une ouverture/fermeture par jour)

Pose des écrans

Le mieux est de faire l’investissement au moment de la construction de la serre. Autrement, il faut entreprendre les travaux à l’intersaison quand la serre est vide de toute végétation mais les entreprises acceptent assez souvent de travailler sur les cultures, à l’aide des chariots électriques se déplaçant sur les rails de chauffage.
Faites exécuter les travaux plutôt sur une fin de culture qu’un début : moins de risques pour la production et cela permet de démarrer la nouvelle culture avec l’écran : les économies de chauffage en dépendent. Dans des serres de conception ancienne, il faut vérifier qu’aucun obstacle ne viendra contraindre la course des écrans (pas de collecteurs de chauffage ou d’arrosage, transport de CO² ou chemin de câbles) : tout le plan horizontal situé au niveau haut des treillis doit être dégagé.

 

RENTABILITE D’UN ECRAN THERMIQUE

Coût d’installation: 7€ H.T. par m² (inclus le renouvellement annuel d’un écran plastique temporaire en bardage)
Economie estimée: 20% de la consommation annuelle (16 à 22 % à Brest: estimation Savéol)
Consommation estimée en culture précoce sans écran: 500 kWh/m²
Energie épargnée annuellement: 100 kWh/m²
Les kWh économisés le sont au tarif hiver (décembre à avril)
Les termes fixes (abonnement, comptage) ne sont pas diminués Estimation du coût moyen du kWh hiver : 0,022€/kWh
Estimation de l’économie annuelle: 2,2€/m²
En admettant que les subventions accordées à l’investissement couvrent les frais financiers inhérents à l’emprunt (elles y parviennent largement)

LE TEMPS DE RETOUR DE L’INVESTISSEMENT EST VOISIN DE: 3 années
La durée de vie de la toile est voisine de 7 ans.
Le coût de renouvellement est environ 3,5 €/m² (inclus la dépose de l’ancienne toile et repose de la neuve, ainsi que le changement des fils de soutien)

(source : http://devel.tomaviso.com/serres-et-equipements/page.php?cat=2&rub=17&ssrub=25&pg=138)