La culture de la fraise sous serre : caractéristiques, avantages et préconisations

Quelques chiffres :

  • France : 55 000 tonnes de fraises hors-sol produites par an
  • – Europe : 1.4 millions de tonnes
  • – Monde : 4.5 millions de tonnes
  • – France : 6ème producteur européen, sur 3300 ha dont 2600 ha sous abris
  • – 2/3 des fraises vendues en France sont importées, majoritairement d’Espagne
  • – 10ème fruit consommé par les Français en volume (3 kg par an et par ménage)

 

Répartition de la production de fraises hors-sol en France (en %)

  • Aquitaine
  • Rhône-Alpes
  • Provence Alpes Côte d'Azur
  • Centre
  • Autres régions

La fraise hors-sol : vers un nouveau modèle de production

La production de la fraise est en pleine évolution depuis ces dernières années. Aujourd’hui, elle est produite à 60% des volumes en pleine terre, contre 40% sur substrat.

Cependant, la culture de fraises en serres en hors-sol a tendance à se développer car elle répond à de nouvelles problématiques techniques et économiques.

Un meilleure productivité sur toute l’année

Une culture abritée

Afin d’obtenir une production de fraises plus importante et répartie sur toute l’année, les producteurs  optent pour une culture en serres chauffées. En effet, la culture en sol en extérieur, ne produit abondamment que 3 semaines dans l’année,  au mois de mai, ce qui peut engendrer des problèmes d’écoulement.  Grâce à la culture en serre, les plants de fraises sont introduits en décembre (hors-sol) et sont récoltés de mars à novembre (jusqu’au gelées), avec une courbe de production importante en avril et mai. Ce système de production a permis d’étaler sur plusieurs mois la production et la consommation de fraises.

calendrier production fraise réalisé par Fraise Label Rouge

Calendrier de production des fraises réalisé par Fraise Label Rouge

 

Le milieu de culture

Culture en solfraise en sol

Plantées l’année précédente, en général en juillet-août, les fraises sont récoltées à la mi avril.

Le fraisier préfère un sol acide à neutre, riche en matière organique et se réchauffant vite. Il craint la salinité et préfère les sols perméables.

Il n’aime pas les parcelles inondées ou les cuvettes importantes.  Les fraises préfèrent un sol dominé par un équilibre de silice et d’argile et un climat modéré. Pour amener, à la plante l’ensemble des éléments dont elle a besoin (eau et fertilisants), le producteur installe sur chaque rangs de fraisiers des gaines goutte à goutte afin que l’alimentation des fraisiers soit réalisée dans les meilleures conditions.

 

Culture hors sol

Dans la production hors-sol, ou  jardins suspendus, les fraisiers sont plantés dans des sacs de terreau, de mélanges de fibres de coco, écorces de pin, ou  de tourbes. Les fraisiers sont placés dans des bacs ou en pot sur gouttières, à une hauteur de 1.5 à 2 m au-dessus du sol, puis irrigués et fertilisés au moyen d’un système d’irrigation. La pollinisation sous serre se fait grâce à des bourdons.

bac terreau fibre cocoLa culture hors-sol permet d’éviter les inondations, mais surtout facilite la cueillette pour les employés. Les fraises sont abritées dans des serres tunnels, afin de les protéger des intempéries, du soleil et de la pluie.

Pour l’exploitant, la culture de la fraise hors sol permet également moins de main d’œuvre pour la plantation. A l’inverse, la culture en sol oblige les agriculteurs à mettre la terre à nue après la récolte et à tout replanter.  En cultivant hors-sol, on replante directement dans les sacs de terreau, ce qui nécessite moins de traitement car moins de risque de maladies.

Ainsi, les différents variétés de fraises : Gariguettes, Ciflorettes, Charlottes, la ronde, ou la Mara des bois, sont facilement remplaçables au cours de la saison.

Découvrez tous les avantages et inconvénients de la culture en sol et hors-sol

En savoir plus sur les cultures en sol/hors-sol

Dans le cadre d’une agriculture raisonnée, la culture en serre permet une production écologique, sans pesticide. L’utilisation de produit chimique est remplacée par des produits naturels.

La bonne température pour la fraise

Il est possible d’avoir des plants qui fructifient sans interruption tout au long des douze mois de l’année. Les fraisiers insensibles à la photopériode forment des boutons à fleur en dessous de 25 °C, quelle que soit la longueur du jour, et fleurissent sans période de dormance; ils peuvent donc fructifier régulièrement à partir de deux mois après leur plantation.

La température minimale est de  5° C et les températures optimales pour les fraises en serre sont comprises entre 10 et 13° C la nuit et 18 et 22° C pendant la journée.

Lors de la relance entre 5h et 10h du matin, la température idéale est 2 degré plus élevée, soit entre 12 et 15°C.

Il faut absolument éviter que la température soit supérieure à 30°C.  À -2°C la nuit ou le matin, au niveau de la plante, les boutons floraux gèlent.

Découvrez les chaudières Caldor, idéales pour le chauffage de fraises hors-sol

La lumière

La fraise à besoin de beaucoup de lumière. Il faut au moins 10 jours d’exposition à la lumière pour l’initiation florale avec au minimum 6 heures de soleil par jour.

Pour assurer une bonne pollinisation dans votre serre de fraises, il est essentiel que la lumière soit bien présente dans votre serre. Ainsi, par temps couvert ou pluvieux, le choix d’un film de couverture comme une  chenille temporaire, transparent, thermique et neuf est conseillé.

Irrigation et  apports nutritifs dans une serre de fraises

berry-197078_1920L’irrigation : pour optimiser la conduite, il faut installer deux systèmes d’irrigation :

  • Par Aspersion, pour la reprise des plants :
    • Elle permettra d’augmenter l’hygrométrie de l’air et de baisser la température au niveau des plants, tout en maintenant l’humidité du sol.Il faudra arroser régulièrement pendant les 15 premiers jours, aux heures chaudes de la journée.
  • Par Goutte-à-goutte, pour l’irrigation fertilisante à l’automne et au printemps. La technique de la fertirrigation consiste en l’apport des substances nutritives (engrais solubles, le plus souvent azote, phosphore et potassium) nécessaires à la plante sous forme dissoute dans l’eau d’irrigation. Cette solution nutritive est distribuée dans la culture à chaque arrosage par le réseau d’irrigation.
    • Une fois que le plant est bien installé, le goutte à goutte prend le relais. Il faut éviter les excès d’eau à l’automne et au printemps (outils de contrôle sondes Watermark) En effet, avant et pendant la récolte, les excès d’irrigation pénalisent la qualité du fruit.

On peut aussi ajouter une gaine d’irrigation dans les passe-pieds, pour refaire le plein en eau du sol au moment où les besoins sont importants (stade grossissement des fruits)

Il faut réduire les apports d’azote et contrôler l’irrigation pour obtenir une récolte de fraise de qualité.

Besoins totaux en eau
Entre 300 et 400 mm sous climat humide et entre 600 et 850 mm sous climat plus sec.

Pics des besoins en irrigation
Entre 3 et 4 mm/jour en condition humide et entre 5 et 6 mm/jour sous conditions plus sèches.

Le type de serres

Les plantations sont protégées par des abris. Leur emploi correspond à plusieurs objectifs : obtenir un gain thermique en retenant l’énergie solaire, protéger les floraisons des gelées matinales et sécuriser la récolte par rapport aux aléas climatiques (pluies, vent et grêle). Il existe plusieurs sortes d’abris plastiques :
– les petits tunnels ou chenilles
– et les grands tunnels (5 à 9 mètres de largeur) : les travaux de récolte se font à l’abri.

Les serres de fraises sont généralement des serres tunnels ou multi-tunnels dans la région Méditerranéenne, car l’ensoleillement naturel apporte une quantité importante de lumière et chaleur. Leur hauteur permet une bonne ventilation, grâce à des aérations latérales très hautes, et une excellente luminosité. Elles permettent aux producteurs une culture diversifiée.

Dans la région du sud-Ouest, les producteurs installent davantage des serres multichapelles. Elles offrent un grand volume d’air et une excellente luminosité. Ces serres permettent aussi aux cultures hautes de bien se développer.

Tout savoir sur les différents types de serre agricole

Contrôle de l’hygrométrie  (conditions d’humidité)

Il est important de bien aérer les tunnels tôt le matin pour ne pas dépasser 30°C sous les abris, même par temps couvert ou pluvieux, et ouvrir les chenilles ou bâches de protection temporaire si la température est supérieure à 15°. Le taux d’humidité doit être compris entre 70 et 80%.

Pour contrôler l’humidité, les serres sont équipées d’ouvrants afin de renouveler l’air. Cependant cela engendre une forte perte de chaleur. En effet, alors que la serre a été chauffée toute la nuit, l’aération en début de matinée entraine une perte brutale de température et un gaspillage en énergie.

Économie d’énergieeco_green_energy

Afin d’économiser votre énergie à l’intérieur de votre serre, vous pouvez installer des écrans thermiques.

Ecrans thermiques

L’ajout d’écran thermique de toit et latéraux limitent les déperditions énergétiques.

Il est même souvent souhaitable par grand froid de rajouter un volage ou P17 sur les plantes.

En savoir plus sur les écrans thermiques

Diffusion de la chaleur

Technologie de chauffage la plus adaptée

chaleur en serre

Pour  la culture de la fraise en serre, la diffusion de la chaleur préférée est celle par convection, même si le rayonnement du soleil est important en journée.

  • A l’aide d’une chaufferie installée dans votre serre, ou dans un local annexe, vous pouvez chauffer votre serre de fraises à l’aide tubes d’eau chaude.

Les producteurs de fraises n’utilisent que la basse température dans les serres de fraises. Ils installent ainsi un changeur sur leur chaudière haute température ou installe une chaudière à condensation basse température, comme les chaudières Caldor. En savoir plus

En savoir plus sur les avantages de la chaudiere Caldor dans vos serres de fraises

Le chauffage par chaudière à condensation basse température permet de produire l’énergie de manière décentralisée et la transmettre directement à la plante. La production d’énergie peut être multiple. Les tubes en plastiques sont économiques, permettent une très bonne répartition de la chaleur, sont facilement dissimulable. L’avantage premier est qu’ils s’adaptent à tous types de serre et à toutes les chaudières. La chauffage par tube eau chaude basse température permet de fournir la température la plus adaptée à la fraise.

On peut ainsi créer une infinité de zone de chauffage dans votre serre de fraises. Cette énergie peut être parfaitement régulée et dosée.

Découvrir l’innovation Caldor en chauffage de serres

(source : http://www.aprel.fr/pdfClasse/0La_conduite_de_la_fraise_sous_abris_2006.pdf)