Nos 10 conseils en gestion climatique de serres

Que vous débutiez dans la profession de producteur en serres ou que vous souhaitiez améliorer votre productivité, ces 10 conseils en gestion climatique vont certainement vous intéresser.

gestion climatique serres

Pour vos serres de tomates, fraises, concombres, horticoles ou de jeunes plants, il est nécessaire de se munir d’équipements permettant de contrôler précisément le climat dans votre serre. Certains serristes choisiront de chauffer durant toute la période hivernale pour obtenir une culture précoce ou de simplement maintenir en hors-gel. Les producteurs de tomates connaissent bien les problèmes d’humidité et ont besoin de contrôler le taux d’hygrométrie sous abris. Par ailleurs, la gestion climatique doit être pilotée à distance et contrôlée par des ordinateurs climatiques. Mais comment fonctionnent-ils ?

Voyons ensemble quels équipements adopter en fonction de votre besoin.

1. Choisir un chauffage pour serres économique et adapté

Le choix des équipements pour chauffer vos serres va dépendre de plusieurs facteurs : la surface des serres, le produit cultivé, la température souhaitée en serre et la température minimale extérieur.

Que vous produisiez en culture en sol ou hors-sol, il est important de préserver vos produits du gel de l’hiver et de leur apporter la chaleur pour leur croissance et leur épanouissement. En fonction de votre budget et de votre production, vous trouverez divers types de solution de chauffage pour serres : le chauffage à air pulsé, le chauffage localisé en basse température, les chaudières haute température, la co génération, le chauffage à l’aide d’énergie renouvelable ( biomasse, pompes à chaleur, solaire thermique, etc…) Certains équipements, tel que le générateur d’air chaud, nécessitent moins d’effort d’investissement à l’achat mais auront une fiabilité inférieure à une chaudière tout inox par exemple. Par ailleurs, il est primordial d’anticiper au préalable les coûts engendrés par vos dépenses énergétiques et de choisir le combustible gaz ou fioul le plus rentable. Les fournisseurs d’énergie ( primagaz, butagaz, engie, antargaz ) vous conseillent pour le dimensionnement de vos cuves.

2. Le Générateur d’air chaud : idéal pour les serres de moins de 1500 m² et la mise hors-gel

 

générateur air chaudPour des serres agricoles de petites et moyennes surfaces ( de 500 à 2000 m²) , l’appareil de chauffage préconisé est le générateur d’air chaud à air pulsé. Fonctionnant au gaz ou fioul, l’avantage du générateur est qu’il prend peu de place et peut se positionner à la verticale ou à l’horizontale, posé au sol ou suspendu. L’air chaud se diffuse en vrac directement en serre ou par un réseau de gaines polyane. La portée d’air chaud est en moyenne de 50 mètres par appareil. Au-delà il faut prévoir un réseau de gaines.

Les générateurs AGRI-P

Il existe plusieurs types de générateurs offrant des puissances variées ( de 60 à 240 kW). Il faut envisager pour chauffer une serre tunnel de 500 m², un appareil de 85 kW de puissance, tel que le générateur AGRI-P 85 distribué par Caldor.

Consultez toute la gamme de générateurs d’air chaud distribués par Caldor

Ces appareils sont idéals pour le maintien hors-gel de tous types de productions (maraichères, horticoles) .

Les limites du générateurs

Cependant à partir de 1500 m², il est plus économique et plus performant d’installer un autre type de chauffage de serres, telle qu’une chaudière à condensation. En effet, il vous faudra multiplier les appareils dans la serre, ce qui augmentera la consommation de combustible. Le coût sera finalement quasi équivalent à l’achat d’une chaudière Caldor type C200 et l’investissement beaucoup plus rentable.

De plus, le générateur d’air chaud chauffe tout l’air ambiant de la serre et lorsqu’on commence à atteindre des volumes plus importants, cela peut constituer un gaspillage d’énergie. Il est préférable de chauffer au plus près de la plante, en chauffage localisé basse température.

Pour augmenter l’efficacité du générateur à air pulsé, il est recommandé d’installer dans les serres des ventilateurs brasseurs d’air pour répartir au mieux la chaleur produite.

3. Chauffer localisé en basse température pour réduire vos dépenses énergétiques avec la chaudière à condensation

Une plante comme la tomate ou la fraise a besoin de chaleur au plus près de ses racines pour obtenir une pleine croissance et un fruit de qualité. Que ce soit en culture hors-sol ou en sol, le chauffage localisé basse température est parfaitement adapté.  L’idée est de diffuser de l’eau chaude entre 35 et 50°C dans un réseau de tubes en plastiques. Celui-ci va permettre une diffusion homogène de la chaleur sans risquer de brûler les racines. La chaudière à condensation basse température permet une production de chaleur s’adaptant à tous types de serres et modulable en fonction du nombre de zones à chauffer.

Exemple d’installation : Pour une production maraichère de fraises de 3.5 hectares, constituée de 6 zones différentes, il est possible de précisément contrôler la température souhaitée dans chaque bloc, grâce au fonctionnement des pompes, de vannes 3 voies et à un calcul précis du réseau de tubes installés dans chaque serre. Dans cette mise en situation, il sera conseillé d’installer une chaudière Caldor 2 X 1250 kW, permettant un débit d’eau de 215 m3/h, et permettant d’obtenir une température de consigne de 14/16°C ( comme souhaité par le client).

Le delta T, c’est-à-dire la différence entre la température souhaitée en serres au minimum et la température extérieure minimum est aussi une donnée importante dans le calcul du dimensionnement des chaudières et du réseau. Plus ce delta est important plus la chaudière devra fournir de puissance.

Pour plus d’informations sur les chaudières Caldor à condensation consultez notre rubrique dédiée .

A noter : les chaudières à condensation basse température sont éligibles aux primes CEE. Pour plus d’informations sur ces conditions, contactez notre équipe commerciale à contact@caldor.fr

 

4. Opter pour l’aérotherme gaz agréé pour vos pépinières de vente

aerotherme gaz pour serreSi vous possédez une pépinière ou des serres de vente dans lesquelles vous recevez directement une clientèle, l’appareil conseillé est l’aérotherme gaz. En effet, il est optimal pour maintenir une température de 18-20°C en serres quand la température extérieur minimum est de -10°C par exemple.

L’aérotherme gaz produit des puissances thermiques utiles de 30 à 120 kW pour obtenir une température adaptée au besoin des plantes. Il est également efficace pour une simple mise en hors-gel.

Attention : il est désormais obligatoire d’installer un aérotherme répondant aux normes des ERP, établissements recevant du public, et c’est pourquoi il est interdit d’y installer des générateurs d’air chaud.

Caldor distribue l’aérotherme gaz à condensation PMX Mixty, agréé ERP et qui permet d’obtenir un excellent rendement (jusqu’à 104%) et une réduction de votre consommation énergétique . En savoir plus sur les aérothermes MIXTY

Cependant pour les jeunes plants, les pépiniéristes recommandent d’installer un réseau de chauffage localisé en basse température, avec réseau de tubes en plastique, pour favoriser une parfaite croissance des plants.

Ainsi, nous retiendrons qu’il est conseillé de combiner plusieurs types de chauffage pour les pépinières : le soufflage direct et le chauffage localisé eau chaude BT.

 

5.  Créer une bonne ventilation dans votre serre

Une bonne ventilation dans la serre est importante. Elle va avoir notamment des répercussions sur la santé de vos plantes ( respiration, photosynthèse, transpiration) et leur état sanitaire.

En effet la température, le taux d’humidité dans la serre, et les concentrations de gaz comme le CO² dépendent aussi beaucoup de l’aération de la serre.

Vous avez le choix entre deux systèmes de ventilation : la ventilation naturelle et la ventilation forcée.

La ventilation naturelle

ouvrant serresC’est le fait d’utiliser les ouvrants disposés sur la structure de la serre. Pour être efficace les ouvertures doivent représenter au moins 20% de la surface au sol et avoir un angle d’ouverture assez important pour permettre à l’air de bien circuler.

Les ouvrants peuvent être situés sur le toit, côté Nord, et sur les côtés au niveau des plantes, pour permettre à l’air de bien se mélanger et une bonne ventilation. En effet, l’air frais est aspiré par les ouvertures latérales, se réchauffe, se brasse à l’intérieur et ressort par le toit.

C’est la solution la plus économique pour réguler le climat à l’intérieur de la serre.

 

6. Utiliser la ventilation forcée pour récupérer le Co² et accroitre la photosynthèse chez vos plantes

Nécessitant une installation électrique, la ventilation forcée s’effectue à l’aide de ventilateurs de type hélicoïdal ou centrifuge, fonctionnant en mode extracteur d’air. Ils permettent le renouvellement du volume d’air dans la serre et l’extraction du CO², indispensable au phénomène de photosynthèse. Cet équipement permet de ré-équilibrer le climat général de la serre.

Ces ventilateurs doivent être installés de préférences à l’opposé des vents dominants.

La plupart des modèles de ventilateurs proposent trois à quatre niveaux de ventilation.

ventilateur CO²Positionné en sortie de cheminée de chaudière Caldor, le ventilateur récupère le CO² des fumées de combustion pour les réinjecter dans la serre à travers un réseau de gaines plastique perforées.

Le CO2 accroît la productivité en améliorant la croissance et la vigueur des plants. Ce procédé est donc indispensable à une bonne culture en serre.

 

gaine co² serre

Gaine CO²

 

7. Déshumidifier et contrôler l’humidité de l’air sous abris

L’hygrométrie, ou taux d’humidité dans l’air, doit être contrôlé par les serristes. En effet, trop d’humidité peut engendrer le développement de moisissure et maladies sur les plantes et les fruits. Pour lutter contre cela, les producteurs ont deux choix. Le premier est de simplement ventiler l’air, en ouvrant les ouvertures des serres chaque matin (comme vu précedemment). Cependant, si vous chauffez vos serres toute la nuit, vous perdez alors ces calories. De plus, vous risquez d’introduire des parasites dans la serre.

 

Le second choix  est d’installer des déshumidificateurs de serres. Installé directement au sol, sous les cultures, suspendu ou posé sur un chariot, le déshumidificateur de serres thermodynamique a l’avantage d’être un appareil compacte, robuste et puissant. Cet appareil est facile d’utilisation.

deshumidificateur pour serreCaldor distribue une gamme étendue d’appareils, permettant de condenser de 60 à 470 litres d’eau par 24h, pour des conditions climatiques de 20°C et 80% de taux d’hygrométrie.

Ces appareils sont éligibles aux primes des Certificats d’économie d’énergie, permettant de financer une grande partie de cette installation.

En savoir plus sur les Déshumidificateurs Caldor

 

 

8. Piloter vos serres avec des ordinateurs climatiques performants

Les Ordinateurs climatiques permettent de piloter précisément l’ensemble des fonctions des équipements de serres : température, ventilation, irrigation, hygrométrie, teneur en CO². Ils sont communicants, intuitifs et pilotables à distance.

Ils fonctionnent à partir d’un calculateur numérique qui compare en permanence la valeur mesurée d’une variable avec sa valeur désirée (consignée). Le travail de régulation va consister à rapprocher constamment ces deux valeurs.

Le système fonctionne à l’aide de capteurs répartis dans la serre donnant en temps réel un état de la température, de l’hygrométrie ou de l’ensoleillement dans la serre. Ainsi si les écarts entre les conditions requises et réelles sont trop importants, l’ordinateur climatique va envoyer par exemple la consigne d’allumer la chaudière en activant le brûleur, l’ouverture ou la fermeture des ouvrants, écrans thermiques ou la mise en marche des brumisateurs.

Ce système est très réactif et permet de limiter les pertes d’énergie.

A savoir : Pilotage de l’intégration de la température est éligible aux primes CEE et bénéficie d’aides au financement.

9. Investir dans des équipements agréés CEE

De nombreux équipements agricoles sont désormais agréés aux primes des Certificats d’économie d’énergie. Ce dispositif a été institué afin de réduire la consommation d’énergie en France. Les CEE sont exprimés en kWh cumac (cumulé actualisé)  désignant la quantité d’énergie effectivement réalisée sur la durée de vie de l’équipement mis en place, modulée par un coefficient d’actualisation. L‘ADEME et le CTIFL (centre technique interprofessionnel des fruits et légumes) participent à la création de fiches CEE dans le secteur agricole, afin d’aider les agriculteurs à investir dans des équipements leur permettant de réduire leur facture énergétique. Le module d’intégration de température sur ordinateur climatique, la chaudière Caldor à condensation pour serres horticoles ou le déshumidificateur thermodynamique de serres, sont autant de produits éligibles aux primes CEE.

Consultez la liste complète des fiches CEE dans le secteur agricole –> http://calculateur-cee.ademe.fr/user/fiches/AGRI

 

10. Faire un audit thermique de son installation et consulter des professionnels en gestion de climat

Ainsi pour maitriser parfaitement le climat dans vos serres il faut vous équiper d’appareils permettant de mesurer précisément vos données ( température, hygrométrie )  et de les contrôler. Chaque production a ses particularités. Le type de culture, le type de serre, les températures intérieures et extérieurs. Et c’est pourquoi il faut étudier chaque cas de manière individuelle pour apporter les meilleurs conseils en gestion climatique et la rendre la plus performante possible.

Caldor est spécialisée en gestion de climat en serres et vous propose ses services en audit thermique, études techniques et installation de chauffage de serres dans toute la France.

 

Besoin d’un conseil ou d’un équipement pour vos serres? N’hésitez plus et contactez notre équipe de conseillers au 04.42.63.15.25 ou contact@caldor.fr ou remplissez notre formulaire simple et rapide

 

Comments are closed.